la-psychologie

La Gestalt thérapie a été inventée par Fritz Perls. Actuellement c’est une des thérapies psychocorporelles les plus répandues dans le monde de la psychologie. Elle permet d’avoir une vision globale de soi-même afin de mieux comprendre comment on fonctionne et que le tout est supérieur à l’ensemble des parties.

Le principe de la Gestalt est que si vous négligez un seul élément de votre vie, de votre comportement, de votre passé, de votre psychisme ou de votre corps, vous ne pourrez atteindre un mieux-être et guérir. Pour y parvenir, il faut donc découvrir sa propre unité, sa propre structure interne pour avoir une vision d’ensemble de soi-même. C’est ainsi que peut se résumer la Gestalt, du verbe gestalten en allemand « mettre en forme, donner une structure signifiante ». Autrement dit, dans cette méthode, chaque élément travaillé, comme par exemple, la façon dont on s’exprime face à autrui  et toujours replacé dans son contexte global, mis en relation avec les autres éléments de la personnalité.

L’objectif de la Gestalt théorie est de pouvoir reprendre contact avec soi-même. La Gestalt fait partie de la famille des thérapies psychocorporelles mais utilise souvent le jeu, la mise en scène des difficultés. Cette méthode ludique permet de comprendre l’origine de nos difficultés et d’expérimenter des pistes de solutions nouvelles. Elle se pratique dans des contextes différents et avec des objectifs très variés : La Gestalt est utilisée en psychothérapie individuelle, en couple, en entreprise, en famille ou en groupe. En France, il existe deux courants différents cependant on utilise davantage l’une des méthodes en raison de son ouverture sur le développement personnel et sur la psychologie de la forme.

Un Gestalt-praticien est un thérapeute  actif, mais jamais directif envers le patient. Il utilise différentes techniques dont certaines sont verbales. La mise en action permet de jouer un épisode de la vie, réel ou imaginaire, passé, présent ou futur. Le thérapeute en psychologie de la forme repère notamment ce qu’il appelle les « Gestalt inachevées » : c’est à dire des traces d’événements traumatisants passés comme une terrible punition, un décès mal vécu voire caché, une agression sexuelle dans l’enfance… et qui parasitent la vie présente. Rejouer ces scènes permet non pas de les effacer, mais au contraire de les intégrer dans la structure psychique du patient, d’en prendre conscience, de leur donner un sens pour  les dépasser et de se préparer à une situation future.