La dépression chez les enfants

La dépression n’est pas une pathologie réservée à l’adulte et les enfants peuvent en souffrir également suite à un traumatisme comme un déménagement, un divorce, le décès d’un proche… La psychologie de l’enfant est particulièrement vulnérable et l’état dépressif se manifeste de manière insidieuse voire trompeuse, souvent difficile à reconnaître. Souhaitez-vous éviter la dépression ? Visitez depression-prevention.com pour plus de détails.

La première question qui se pose est bien sûr comment faire face à ce phénomène et quelle psychothérapie faut il appliquer. La psychologie de l’enfant est particulièrement vulnérable et très souvent les parents ne savent pas quelle attitude adopter face à un état dépressif chez l’enfant. On a longtemps cru que cette maladie était réservée au monde des adultes. Mais dans la réalité des faits on constate qu’il  n’y a pas vraiment d’âge pour aller mal et souffrir de mal être Si tout le monde reconnait que l’adolescence est une période difficile et propice à ce genre d’état, la dépression peut aussi affecter les  enfants entre 6 et 12 ans. Chez les plus jeunes, la dépression se présente sous des formes très variée voire insidieuse.

Les symptômes sont en effet différents de ceux de l’adulte et la dépression infantile est troublante pour les parents puisque l’enfant qui en souffre ne se comporte pas de façon apparemment logique ( Lire la suite sur cet article ). C’est une sorte de dépression momentanée, par à-coups et bien plus difficile à diagnostiquer que l’état dépressif chez l’adulte. L’humeur dépressive peut se manifester par de l’irritabilité, un amaigrissement ou encore une perte de poids. Les plaintes somatiques et l’isolement, souvent de façon discrète, l’absence de relations sociales, sont  courantes. L’enfant a tendance à moins jouer  et ses résultats  scolaires sont en baisse. Des symptômes de dépression se manifestent également chez certains enfants qui ont  du mal à parler de leur mal-être et tendent à l’exprimer davantage par le corps. D’autres ne trouvent plus de plaisir dans le jeu, mangent moins  sont abattus ou créent des états de dépendance. En savoir plus ici.

A contrario certains enfants vont se monter hyperactifs, très excités, voire agressifs avec leur entourage. La situation ne sera pas préoccupante aussi longtemps qu’elle est compatible avec une énergie conservée, qu’elle dépend de circonstances particulières, qu’elle n’influe pas sur le travail scolaire. En revanche, si les  parents constate que ce mal-être s’installe, que l’ennui, la tristesse, la morosité perdurent et influent sur le restant des activités  scolaires ou de loisirs, la situation devra être reconsidérée car elle peut  annoncer un trouble dépressif ou une véritable dépression nécessitant la mise en place d’une psychothérapie. Pour plus d’informations sur la dépression chez l’enfant, consultez le site de la psychologie.com.