La claustrophobie est une phobie qui handicape beaucoup de gens au quotidien : du simple fait de ne pas pouvoir prendre l’ascenseur, au fait de s’empêcher de voyager. Des séances avec un thérapeute peuvent vous aider à prendre le dessus.

De quoi a peur le claustrophobe ?

La claustrophobie, c’est la peur d’être enfermé. Elle fait partie des phobies que tout le monde connaît, de près ou de loin, et est un problème courant qui pourrait toucher jusqu’à 8 % de la population mondiale. Comme la plupart des phobies, elle est irrationnelle. La réaction émotionnelle de la personne est tellement forte qu’elle se détache de la réalité. Elle peut bien évidemment survenir suite à une situation traumatique, mais peut aussi se manifester à un moment où la personne est simplement plus fragile psychologiquement et physiquement. Un claustrophobe ne se sent pas à l’aise à un endroit précis. Cela peut varier selon les gens et leur peur (une file d’attente, un ascenseur, une pièce trop petite…). On pense souvent aux espaces clos et restreints, puisque la possibilité de fuir, s’il y a un danger, est mince. Le claustrophobe se sent donc oppressé, hyperventile, la panique s’empare de son corps et il n’arrive plus à raisonner. Il n’a qu’une seule envie : quitter l’endroit où il se trouve. Pour tout savoir sur la claustrophobie, consultez le site phobie.com.

L’intervention d’un thérapeute dans le traitement de la phobie

C’est un cercle infernal qui se met en place. La personne veut éviter à tout prix de se retrouver confrontée à ce genre de situation désagréable et fuit volontairement des lieux, des situations. Le problème est qu’elle peut finir par ne plus sortir de chez elle. Cette phobie peut devenir un vrai handicap social si elle n’est pas prise à temps. Ce site sur les phobies vous explique les impacts importants qu’elles peuvent avoir sur une vie. Ce n’est bien sûr pas une fatalité, un claustrophobe peut apprendre à s’en débarrasser. L’accompagnement d’un thérapeute est plus que recommandé pour parvenir efficacement à la faire disparaître. Par le biais d’une thérapie comportementale, le thérapeute enseigne à son patient à reprendre le contrôle sur cette peur.

À la recherche d’un thérapeute attentif

Il ne faut pas hésiter à prendre le temps pour trouver le thérapeute qui convient. Le traitement des phobies s’effectue par un apprentissage de l’anticipation du stress. C’est l’hyperventilation du patient qui cause cette phobie tenace. Un travail de relaxation en amont est donc nécessaire afin que le claustrophobe maîtrise à nouveau sa respiration et qu’il puisse appréhender calmement une prochaine situation délicate. Le but à long terme est que cette situation qui était délicate pour lui (être dans un ascenseur), devienne par la suite anodine. Une fois le calme retrouvé, un travail de projection positive peut débuter. Pour cela, la confiance entre le patient et son thérapeute est de mise. N’hésitez pas à consulter un annuaire de psy qui regroupe tous les spécialistes de votre ville.